Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Claude Stéphane PERRIN

Recherches philosophiques qui, inspirées par l'idée du neutre, vont au-delà du scepticisme vers une interprétation moderne (historique et intemporelle) du principe de raison.

Nietzsche et la parole

Nietzsche et la parole

 

 

Parole et métaphysique :

 

- "Car la terre est une table divine, tremblante de nouvelles paroles créatrices et d'un bruit de dés divins." [1]

- "Croyez-m'en, mes frères ! C'est le corps qui a désespéré de la terre, - il a entendu parler les entrailles de l'Être. Alors il voulut passer la tête à travers les murs suprêmes, et non seulement la tête, - il voulut passer dans «l'autre monde». Mais «l'autre monde» est bien à l'abri des hommes, ce monde diminué et inhumain qui est un néant céleste ; et les entrailles de l'Être ne parlent pas à l'homme, si ce n'est par la voix de l'homme. En vérité, il est difficile de démontrer l'Être et il est difficile de le faire parler. Dites-moi, mes frères, les choses les plus singulières ne vous semblent-elles pas mieux démontrées ? " [2]

- "O ciel au-dessus de moi, ciel pur, ciel profond ! abîme de lumière (…) Aujourd'hui tu t'es levé pour moi, muet au-dessus des mers mugissantes… (…) Tu es venu à moi, beau et voilé de ta beauté, tu me parles sans paroles, te révélant par ta sagesse…" [3]

 

Parole et sensation :

 

-  "Le corps sain parle avec plus de bonne foi et plus de pureté, le corps complet, dont les angles sont droits : il parle du sens de la terre."[4]

- "Comme toute parole est douce, comme tous les mensonges des sons sont doux ! Les sons font danser notre amour sur des arcs-en-ciel diaprés." [5]

- "Toutes les paroles ne sont-elles pas faites pour ceux qui sont lourds ? Toutes les paroles ne mentent-elles pas à celui qui est léger ? Chante ! Ne parle plus !" [6]

 

Parole et désir :

 

- "C'est la nuit : maintenant, comme une source jaillissant de moi, s'élance mon désir – c'est de parler que j'ai désir." [7]

 

Parole solitaire :

 

- "Et ce moi, l'Être le plus loyal, parle du corps et veut encore le corps, même lorsqu'il rêve et s'exalte en voletant de ses ailes brisées. Il apprend à parler toujours plus loyalement, ce moi : et plus il apprend, plus il trouve de mots à l'éloge du corps et de la terre. (…) Mais ce qui est plus grand c'est, - ce à quoi tu ne veux pas croire, - ton corps et sa grande raison : il ne dit pas moi, mais il est moi en agissant." [8]

- "Quelle langue un tel esprit parle-t-il lorsqu'il se parle à soi seul ? La langue du dithyrambe. Je suis l'inventeur du dithyrambe. Que l'on écoute comment Zarathoustra, avant le lever du soleil (III, 18), se parle à lui-même : semblable bonheur, limpide comme l'émeraude, tendresse si divine, n'avait pas encore trouvé de langage avant moi." [9]

 

Parole et expression :

 

- "Mes paroles au contraire sont des paroles grossières, méprisées et difformes, et j'aime à recueillir ce qui, dans vos festins, tombe sous la table." [10]

-  "Dès le berceau, on nous dote déjà de lourdes paroles et de lourdes valeurs ; «bien» et «mal»     - ainsi se nomme ce patrimoine…" [11]

- "Que ta vertu soit trop haute pour la familiarité des dénominations : et s'il te faut parler d'elle, n'aie pas honte de balbutie. Parle et balbutie : «Ceci est mon bien que j'aime, c'est ainsi qu'il me plaît, ce n'est qu'ainsi que je veux le bien…»[12]

- "Et c'est alors qu'il arriva aussi – et, en vérité, ce fut pour la première fois ! – que sa parole loua l'égoïsme, le bon et le sain égoïsme qui jaillit d'une âme puissante : - de l'âme puissante qui possède un corps élevé, un beau corps, victorieux et harmonieux, autour duquel toute chose devienne miroir : - le corps souple et séduisant, le danseur dont le symbole et l'expression est l'âme joyeuse d'elle-même. La joie égoïste de tels corps et de telles âmes s'appelle elle-même : «vertu»." [13]

 

Paroles humaines :

 

- "Surtout l'homme vigoureux et patient, celui dont l'esprit est respectueux : il charge sur ses épaules trop de paroles et de valeurs étrangères et lourdes, - jusqu'à ce que la vie lui paraisse un désert ! "[14]

- "Je vais à présent remâcher longtemps leurs paroles, mais comme si c'étaient de bons grains ; ma dent les broiera et les moudra sans cesse jusqu'à ce qu'elles coulent comme du lait dans mon âme ! " [15]

- "Mais ces sortes de choses ne sont pas dites pour les longues oreilles : toutes les paroles ne sont pas faites pour toutes les bouches. Ce sont là des choses subtiles et lointaines : que les pattes de moutons n'essaient pas de les saisir !" [16]

 

Parole et folie :

 

-     "Les noms et les sens n'ont-ils pas été donnés aux choses, pour que l'homme s'en réconforte ? C'est une douce folie que le langage : en parlant l'homme danse sur toutes les choses." [17]

- "Ceci, le prétendant de la vérité !... Non ! Rien qu'un fou, un poète tenant un langage imagé, criant sous un masque bariolé de fou, errant sur de mensongers ponts de paroles, sur des arcs-en-ciel multicolores…" [18]

 

Parole et violence :

 

- "Je suis devenu tout entier bouche et mugissement d'un torrent qui jaillit de hauts rochers : je veux précipiter mes paroles dans les vallées." [19]

- "Mais, pareille au boutoir du sanglier, ma parole doit déchirer le fond de vos âmes ; je veux être pour vous un soc de charrue." [20]

- "Avec le glaive de cette parole, tu tranches les ténèbres les plus épaisses de nos cœurs." [21]

- "Ce sont les paroles les plus silencieuses qui apportent la tempête. Ce sont les pensées qui viennent comme portées sur des ailes de colombes qui mènent le monde." [22]

 

Parole et sens :

 

- "Toute vie ne comprend-elle pas le vol et l'assassinat ? Et, en sanctifiant ces paroles, n'a-t-on pas assassiné la vérité elle-même ? "[23]

- " Danger du langage pour la liberté intellectuelle – Toute parole est un préjugé." [24]

 

Parole comme annonce de l'avenir :

 

- "La parole du passé est toujours parole d'oracle. Vous ne l'entendrez que si vous êtes les constructeurs de l'avenir et les interprètes du présent." [25]

- "J'aime celui qui jette des paroles d'or au-devant de ses actes et qui tient toujours plus qu'il ne promet : car il veut son déclin." [26]

- "Ainsi, à l'heure favorable, ma pureté me dit un jour : «Pour  moi, tous les êtres doivent être divins.» Alors vous m'avez assailli de fantômes impurs ; hélas ! Où donc s'est enfuie cette heure favorable ? «Tous les jours doivent être sacrés pour moi», - ainsi me parla un jour la sagesse de ma jeunesse ; en vérité, c'est le langage d'une sagesse joyeuse !" [27]

- "Et, en vérité, c'est une noble parole que celle-ci : «Les promesses que nous fait la vie, c'est nous qui voulons les tenir ! »[28]

- "Je reviendrai éternellement pour cette même vie, identiquement pareille, en grand et aussi en petit, afin d'enseigner de nouveau l'éternel retour de toutes choses, - afin de proclamer à nouveau la parole du grand midi de la terre et des hommes, afin d'enseigner de nouveau aux hommes la venue du Surhomme. J'ai dit ma parole, ma parole me brise : ainsi le veut ma destinée éternelle, - je péris en annonciateur !" [29]

 


[1] Nietzsche,  Ainsi parlait Zarathoustra - 1883 - (Also sprach Zarathustra - Ein Buch für Alle und Keinen), traduction française de Henri Thomas, Gallimard, Livre de poche, 1963, n° 987 et 988, p.265 (Les Sept sceaux, 3).

[2] Nietzsche,  Ainsi parlait Zarathoustra - Gallimard, Livre de poche, 1963, n° 987 et 988, p.42 (Des visionnaires de l'au-delà).

[3] Nietzsche,  Ainsi parlait Zarathoustra - Gallimard, Livre de poche, 1963, n° 987 et 988, p. 190-191 (Avant le lever du soleil).

[4] Nietzsche,  Ainsi parlait Zarathoustra - Gallimard, Livre de poche, 1963, n° 987 et 988, p.44 (Des visionnaires de l'au-delà).

[5] Nietzsche,  Ainsi parlait Zarathoustra - Gallimard, Livre de poche, 1963, n° 987 et 988, p. 251 (Le convalescent 2).

[6] Nietzsche,  Ainsi parlait Zarathoustra - Gallimard, Livre de poche, 1963, n° 987 et 988, p.265 (Les Sept sceaux, 7).

[7] Nietzsche, Ecce Homo - Idées/Gallimard n° 390, p.121.

[8] Nietzsche,  Ainsi parlait Zarathoustra - Gallimard, Livre de poche, 1963, n° 987 et 988, p.42 (Des visionnaires de l'au-delà) et p.44 (Des contempteurs du corps).

[9] Nietzsche, Ecce Homo - 1888 (Ecce Homo- Wie man wird, was man ist). Trad. J-C Hémery, Idées/Gallimard n° 390, p.118.

[10] Nietzsche,  Ainsi parlait Zarathoustra - Gallimard, Livre de poche, 1963, n° 987 et 988, p.145 (De l'Immaculée connaissance).

[11] Nietzsche,  Ainsi parlait Zarathoustra - Gallimard, Livre de poche, 1963, n° 987 et 988, p.223 (De l'esprit de lourdeur).

[12] Nietzsche,  Ainsi parlait Zarathoustra - Gallimard, Livre de poche, 1963, n° 987 et 988, p.46  (Des joies et des passions).

[13] Nietzsche,  Ainsi parlait Zarathoustra - Gallimard, Livre de poche, 1963, n° 987 et 988, pp.219-220 (Des trois maux).

[14] Nietzsche,  Ainsi parlait Zarathoustra - Gallimard, Livre de poche, 1963, n° 987 et 988, p.223 (De l'esprit de lourdeur).

[15] Nietzsche,  Ainsi parlait Zarathoustra - Gallimard, Livre de poche, 1963, n° 987 et 988, p.300 (Le plus laid des hommes).

[16] Nietzsche,  Ainsi parlait Zarathoustra - Gallimard, Livre de poche, 1963, n° 987 et 988, p.329 (De l'homme supérieur).

[17] Nietzsche,  Ainsi parlait Zarathoustra - Gallimard, Livre de poche, 1963, n° 987 et 988, p. 251 (Le convalescent 2).

[18] Nietzsche,  Ainsi parlait Zarathoustra - Gallimard, Livre de poche, 1963, n° 987 et 988, p.341 (Le chant de la mélancolie).

[19] Nietzsche,  Ainsi parlait Zarathoustra - Gallimard, Livre de poche, 1963, n° 987 et 988, p.98 (L'enfant du miroir).

[20] Nietzsche,  Ainsi parlait Zarathoustra - Gallimard, Livre de poche, 1963, n° 987 et 988, p.110 (Des vertueux).

[21] Nietzsche,  Ainsi parlait Zarathoustra - Gallimard, Livre de poche, 1963, n° 987 et 988, p.281 (Entretien avec les rois).

[22] Nietzsche,  Ainsi parlait Zarathoustra - Gallimard, Livre de poche, 1963, n° 987 et 988, p.172 (L'heure la plus silencieuse).

[23] Nietzsche,  Ainsi parlait Zarathoustra - Gallimard, Livre de poche, 1963, n° 987 et 988, p.230 (Des vieilles et des nouvelles tables, 10).

[24] Nietzsche,  Le voyageur et son ombre - 1880 (Der Wanderer und sein Schatten), 2° partie de Humain trop humain, Trad. Henri Albert, Paris, Médiations Denoël Gonthier, 1979, n° 128, § 55.

[25] Nietzsche,  Seconde considération intempestive, De l'utilité et de l'inconvénient des études historiques pour la vie - (Unzeitgemäße Betraachtungen), 1874. Trad. Henri Albert, GF-Flammarion, 1988, n° 483, p.131.

[26]  Nietzsche,  Ainsi parlait Zarathoustra - Gallimard, Livre de poche, 1963, n° 987 et 988, p. 21 (Prologue, 4).

[27] Nietzsche,  Ainsi parlait Zarathoustra - Gallimard, Livre de poche, 1963, n° 987 et 988, p.130 (Le chant du tombeau).

[28] Nietzsche,  Ainsi parlait Zarathoustra - Gallimard, Livre de poche, 1963, n° 987 et 988, p.230 (Des vieilles et des nouvelles tables, 5).

[29] Nietzsche,  Ainsi parlait Zarathoustra - Gallimard, Livre de poche, 1963, n° 987 et 988, p.255-256 (Le convalescent).

Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

À propos

claude stéphane perrin

Claude Stéphane PERRIN. Professeur de philosophie à la retraite, j'écris et je lis en méditant sur le problème de la non-violence, notamment à partir d'une idée non indifférente et non nihiliste du neutre .
Voir le profil de claude stéphane perrin sur le portail Overblog

Commenter cet article